Les croix stationnales de Bournan

Nous avons tenté de faire l’inventaire exhaustif des croix stationnales des communes de la Riolle. A la Chapelle Blanche Saint Martin nous en avions trouvé une douzaine; un peu moins à Sepmes et seulement 5 à Civray. A Bournan la situation est franchement différente: en dehors de la croix hosannière du cimetière, pratiquement aucune croix stationnale n’est visible le long des chemins et des routes de la commune.

En a-t-il toujours été ainsi?

Différents éléments nous montrent que des croix stationnales existaient à Bournan dans les siècles passés; le cadastre de 1832 en signale au moins 2. Et c’est aussi le message extraordinaire que Danielle, une lectrice australienne de notre blog, fit dans un commentaire qu’elle posta en avril dernier, qui nous permet d’avancer: « Bonjour, je suis tombée sur cette note du curé de Bournan (archives 37, BMS de 1772) ». Le commentaire était accompagné d’une photo de l’archive en question (fig 1)

Nous lisons ainsi cette note :

« Le 20 avril 1772 en allant processionnellement à Saint Hubert, a été bénite par moi, curé soussigné, la croix de la Marsauderie, érigée par les soins de Charles le Beau de beaupré fermier de la Grand Maison, et le lendemain Mardi de Pâques a aussi été bénite par moi la croix qui se trouve plantée dans le carroi qui fait la séparation de Bournan à la Davière, paroisse de La Chapelle Blanche, érigée en fait par le même ci dessus. Signé Baudouin, curé de Bournan ».

L’ouvrage de Carré de Busserolles (1) nous confirme que Baudouin était Curé de Bournan en 1772. Il le fut d’octobre 1761 jusqu’à sa démission le 22 Janvier 1773. Le site https://eldiade.com/fr/1772/ qui gère un calendrier perpétuel nous confirme que le 20 avril 1772 fut bien un Lundi.

Aucune raison de douter des informations venues d’Australie et nous figurerons donc ces deux croix stationnales sur le schéma global de Bournan (Fig2)

  • La Croix de la Marsauderie (notée 1 sur la Fig 2) n’apparait pas sur le cadastre de Napoléon de 1832. Il faut dire que le lieux-dit de la Marsauderie ne figure pas sur ce cadastre, alors qu’il figure aujourd’hui encore sur la carte IGN de Bournan. Page manquante du cadastre de 1832? On pourrait aussi penser que la lecture du nom de « Marsauderie » dans le document manuscrit du Curé peut prêter à confusion. Pourtant nous ne le pensons pas car il est clairement indiqué que cet endroit de la Marsauderie aurait été entre le bourg de Bournan et Saint Hubert (notée 2 sur la figure 2). Or, Saint Hubert, c’est la chapelle du château de Bagneux à laquelle nous avons consacré un post, et elle est clairement alignée avec le bourg et la Marsauderie.
  • La Croix de la Davière (notée 3 sur la Fig 2) figure sur le cadastre de Napoléon de 1832. Signalons cependant que cette croix,qui était en limite de commune en 1772, s’est retrouvée totalement intégrée à Bournan par suite du redécoupage communale avec La Chapelle Blanche. Elle a aujourd’hui disparu. (Fig 3)
  • Une Croix de la Crime (notée 4 sur la Fig 2) est aussi bien visible sur le cadastre de 1832 en rive droite de la Riolle. Depuis cette date les routes et chemins ont été complètement réaménagés et le carrefour où trônait cette croix de la Crime a disparu (carrefour entre le chemin de Bournan à la Génière, et celui de Sepmes à La Chapelle Blanche). A l’heure actuelle, le passage principal sur la Riolle se fait par le pont des Aigremont, et les fontaines des Rouchères et celle des Jourdelins ont été canalisées vers la Riolle. Cette croix de la Crime a aussi disparu. (Fig 4)
  • Alors, peut-on voir une croix stationnale sur les chemins de Bournan? Oui mais il faut avoir de bons yeux et prendre le temps de fouiller dans le bouquet d’arbres qui la masque complètement aux promeneurs. Cette croix se trouve sur l’ancien chemin de Bournan à Sepmes, du coté droit de la route, à la hauteur de la voie en cul de sac qui dessert Chemely (notée 5 sur la Fig 2) et fig 5.

    C’est une croix en bois d’environ 2,50 à 3m de haut, fixée sur un socle arrondi en ciment. Elle mériterait d’être dégagée de la végétation qui en a fait oublier jusqu’à la présence. Elle serait la seule croix existante le long d’un chemin de Bournan, comme un petit signe à l’histoire très ancienne de cette commune que Charlemagne donna à l’Abbaye de Saint Martin de Tours, qui la transféra en 791 à celle de Cormery. (Fig 6, 7 et 8)

  • La croix hosannière du cimetière (notée 6 sur la Fig 2), placée en son centre, au milieu d’une haie formant un large cercle, ne semble pas très ancienne et ne présente pas de particularité notable. Etait-elle présente dans l’ancien cimetière de Bournan qui fut déplacé dans les années 1970-80? (Fig 9)

Coïncidence? En faisant le tour de la commune à la recherche des croix stationnales et des emplacements des anciennes croix disparues j’ai observé qu’aux emplacements des croix de la Davière et de la Crime se trouvaient deux poutres plantées verticalement dans le sol. (Fig vv et ff). Sont-ce des marque délibérées ou des hasards? A la Marsauderie, aucune poutre identifiée. (Fig 10 et 11)

Tous nos remerciements à Danielle Rand

Bibliographie

1- Carré de Busserolles. Dictionnaire géographique, historique et biographique de l’Indre et Loire. 1878.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The maximum upload file size: 8 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, other. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here