Sepmes au temps des Docks du Centre

Cette carte postale de Sepmes peut vraisemblablement être datée de la période de l’entre deux-guerres; 1925-30? Elle est intitulée: « La route de La Haye-Descartes » Qui se souvient encore que le village où est né le Philosophe est bien « La Haye »; qui est devenu bien plus tard « La Haye-Descartes » en hommage à sa notoriété. Mais aujourd’hui tout le monde (ou presque) dit « Descartes » pour parler de la commune. (Fig1)

En tout cas, c’est vrai que sur la carte postale on voit la perspective vers Descartes: les maisons, si on est un villageois de Sepmes, on ne les voit plus, et c’est la route qui descend et guide le regard, au loin vers la campagne. Sur la photo d’aujourd’hui cette perspective est rompue par le barrage installé pour empêcher les véhicules d’utiliser cette voie. (Fig 2)

Et encore, la photo d’aujourd’hui ne montre pas le panneau à l’entrée de la route de Descartes, devant l’église, affichant fièrement le signal d’impasse. Et comme sur le parvis de l’église, à gauche sur l’image d’aujourd’hui, on a remplacé le banc par toute une série de bornes pour empêcher la circulation d’automobiles, cette place devant les « Docks du Centre » est devenu un lieu enfermé, d’où la vie semble chassée; alors qu’on imagine bien ce parvis d’église très animé.

Car si l’on regarde de plus près la carte postale on y trouve de la vie; beaucoup de vie.

Les femmes d’abord: deux adultes, encadrant 8 enfants (peut-être 9) sur les marches du commerce (les commerçantes?); et puis une autre femme, appuyée à l’entrée de la maison de droite. Il y a aussi un homme et un jeune garçon qu’on aperçoit le long de la route sur la façade ouest des Docks.

Une des fenêtres du rez-de-chaussée des Docks sert de devanture et on devine des pots. Seules ces fenêtres disposent de volets. A l’étage, la fenêtre centrale est décorée d’un bac fleuri qui surplombe la belle pancarte en bois peint annonçant le commerce: « Produits des Docks du Centre »

Dock est à l’origine un mot anglais, qui a pris le sens de réunion de vastes magasins (qui ne sont plus situés sur un port) destinés au stockage des marchandises. « Les Docks du Centre » sont une société crée à Tours en 1904 par Mrs Toulouse et Picart. Avec le temps cette société a grandi, puis absorbé d’autres sociétés (elle était devenue « Les Docks de France » après la guerre), avant d’être elle même victime d’une OPA de Auchan en 1996. Ce qui frappe sur l’intitulé du commerce c’est qu’on y annonce en premier lieu « Les produits… » Est-ce à dire que les « Docks du Centre » ne vendaient que ce qu’ils produisaient? Compte tenu du faible éventail de produits proposés, et des multiples objets et aliments produits en France à cette époque, c’est envisageable. Impensable aujourd’hui. Quelle pouvait être l’importance de l’activité commerciale d’une telle boutique, sachant que les villages en comportaient souvent plusieurs même type? Ce bâtiment est aussi un bureau de tabac puisqu’au dessus de la fenêtre servant de devanture on lit très bien la seconde pancarte: « Tabacs-Régie »

Appuyées sur la façade de la boutique on distingue au moins 3 charrues et peut être un vélo. (Fig 3, 4)

Parmi ces charrues il y a vraisemblablement une de ces charrues vigneronnes qui ont fait la réputation, vers 1860, de Louis Renault, de Sainte Maure, leur créateur. Ces charrues sont-elles là en exposition ou en attente de réparations par les hommes qu’on devine au travail à l’arrière de l’épicerie où d’autres charrues semblent déposées? (Fig 5, 6, et 7)

Sur la façade de la maison où est appuyée la femme seule on devine le panneau publicitaire « BYRRH ». S’agissait-il d’un bar?  Si l’on compare les bâtiments eux mêmes,  à environ 90 ans d’écart, on observe la disparition d’un haut mur à l’est des « Docks du Centre », à l’endroit de ce qui est devenu la bibliothèque de Sepmes. Il semble aussi que le bâtiment avec le chien-assis sur le toit ait disparu (à droite de l’image, juste après la femme isolée). La petite chaise d’enfant posée sur le trottoir laisse penser que la rue était un spectacle. Des cheminées ont aussi été abattues ou enlevées. (Fig 8 et 9)

Par contre les bâtiments en remontant, à partir de celui sur lequel la femme est appuyée, ont été conservés et rénovés. De même qu’on distingue encore très bien la petite porte, en haut de 4 marches, qui sort parallèlement à la rue et non en façade (plus bas coté gauche de la route vers Descartes.

Bien sûr les « réseaux » ont été revus: fils électriques, gouttières sont rénovés. Des volets ont été ajoutés aux fenêtres de l’étage du bâtiment des Docks. Mais au total il n’y a pas eu de bouleversement de l’urbanisme.

Ce qui frappe, comme on l’avait déjà constaté avec la carte postale de La Chapelle Blanche c’est qu’il y a 90 ans les communes avaient l’air vivantes: des gens, des activités, du commerce…assez misérables sans doute, mais vivantes. Les images d’aujourd’hui semblent illustrer des bourgs en sommeil.

4 réflexions sur “Sepmes au temps des Docks du Centre”

  1. Textes toujours intéressants et précis dans les détails.
    La Haye Descartes est devenue Descartes lors de la fusion avec la commune voisine de Balesmes il y a quelques années.

    1. Merci de votre commentaire positif et surtout de la précision que vous apportez quant à l’évolution du nom de « Descartes » (en tant que commune).
      Par ailleurs je profite de cette réponse pour compléter mon texte évoquant « le haut mur à l’est des Docks »; en fait à la gauche du bâtiment sur la carte postale. J’ai appris hier qu’il s’agissait de l’ancien château d’eau de Sepmes. A 20 m de l’église! Les architectes des bâtiments de France devaient être moins regardant à l’époque de sa construction que maintenant. Avec le temps…

  2. D’après mon cousin, c’était Mme Lapied qui tenait les « Docks du Centre » à Sepmes.
    Son mari était Forgeron dans l’atelier derrière la maison, d’où la présence de charrues en « devanture ».

  3. Merci de votre intervention qui confirme notre intuition selon laquelle la proximité des charrues pouvait être mise en relation avec la cour située derrière les Docks. Si vous avez d’autres informations au sujet de Mme Lapied et de son activité (les dates en particulier) nous serons très heureux de les connaître. Vous pouvez les transmettre par le biais de ces commentaires ou nous pouvons nous rencontrer si vous le souhaitez.
    Cordialement

Répondre à Suzanne BOULEVARD Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

The maximum upload file size: 8 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, other. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here