Faune de la Riolle: le fouet

C’est un animal magnifique, ne présentant aucun danger pour l’homme, très utile pour destruction des rongeurs et des vipères, et pourtant mal aimé de la plupart des gens. Tout simplement parce que c’est un serpent. Un serpent oui; mais une couleuvre. De grande taille certes, mais inoffensif car sa morsure éventuelle est sans venin. Voyons de plus près cet animal devenu assez rare dans notre vallée alors qu’elle était l’un de ses lieux d’habitation.

De son vrai nom, la « couleuvre verte et jaune » (« le fouet » en Touraine) est caractérisée par sa grande taille à l’âge adulte (en général plus d’un mètre et parfois jusqu’à 1,70 mètre), et sa couleur très reconnaissable. Elle fréquente les terrains rocheux, secs et bien ensoleillés, parsemés de buissons, et également être présente dans des milieux plus humides, prairies et bords de mares et rivières notamment (elle sait nager). On la trouve aussi dans les friches, les lisières forestières, les haies des bocages, les vergers, les murets de pierres et les talus des bords de chemins, les jardins abandonnés, les pelouses calcaires, les coteaux… Elle se déplace très rapidement.

Cette couleuvre diurne est plus facilement observable au printemps, lorsqu’elle sort de son hibernation passée dans un trou ou une vieille souche. Elle est plus active le matin et préfère se cacher la nuit sous des pierres ou des tas de feuilles ou même dans des trous de rongeurs. Elle est carnivore et mange de petits mammifères, de jeunes oiseaux, des lézards, des serpents et parfois des amphibiens.

La période de reproduction se fait en mai, marquée par de violentes bagarres entre les différents prétendants mâles. En juin-juillet, la ponte donne cinq à quinze œufs oblongs et blanchâtres (40 X 22mm) dont l’éclosion se fait après 6 à 8 semaines, dans des endroits abrités souvent proches des habitations. Le nouveau né mesure déjà 20 à 25 cm, mais il est très fin.

A l’âge adulte, cette couleuvre présente un subtil motif géométrique, typique de l’espèce, constitué de stries noires et jaunes contrastées, groupées dans le sens transversal à l’avant du corps, puis évoluant peu à peu en s’ordonnant différemment pour devenir des lignes longitudinales en arrivant à la queue. (Fig 1et 2)

Dans ses premières années (2 ou 3) cette couleuvre est presque uniformément vert olive, avec quelques motifs discrets, en particulier sur la tête, mais déjà assez longue. (Fig3)

Comme toutes les couleuvres d’Europe, elle a des yeux facilement identifiables qui présentent une pupille ronde caractéristique des couleuvres. Ce trait de caractère est capital et permet d’éviter toute confusion avec des serpents venimeux comme les vipères qui ont une pupille verticale. La couleuvre verte et jaune a une pupille ronde très facile à observer. De plus sa grande taille, la couleur de ses écailles et leurs motifs, font que cette belle couleuvre, assez trapue à l’âge adulte, ne peut pas être confondue avec d’autres serpents. Sa face ventrale est jaunâtre, assez claire souvent.

Il existe des formes différentes de cette couleuvre dans d’autres régions de France, son aire d’habitat étant assez morcelé et les populations relativement faibles. En Touraine, dans les quelques endroits où cette couleuvre Verte et jaune a pu s’établir, en particulier dans la vallée de la Riolle, elle est dénommée « fouet ». Tous les spécimens respectent les caractères décrits ci-dessus. (En Gironde ou Charentes elle est dénommée Liron ou Silan, dans la Sarthe, Surjetton).

Craintif, le fouet s’enfuit rapidement dans les herbes lorsqu’il est dérangé. Il n’attaque jamais spontanément, mais il sait se défendre activement quand il se sent menacé. Il fait face à son assaillant, se redresse parfois assez haut, se gonfle, siffle et cherche à mordre si on l’approche de trop près sans lui laisser le temps de fuir. Si on l’attrape, il mord presque toujours et mâchonne la main qui le tient. Bien que sa morsure ne soit pas venimeuse et sans danger, elle peut saigner légèrement mais ne cause que des égratignures superficielles. À peine nés, les petits couleuvreaux sont déjà dotés de ce comportement défensif.

En France, la Couleuvre verte et jaune est protégée par l’arrêté du 19 novembre 2007 : « Sont interdits, sur tout le territoire métropolitain et en tout temps, la destruction ou l’enlèvement des œufs et des nids, la destruction, la mutilation, la capture ou l’enlèvement, la perturbation intentionnelle des animaux dans le milieu naturel ».

Il est d’autant plus regrettable d’entendre tant de personnes dire qu’elles préfèrent tuer les fouets faute de savoir les identifier, ou d’autres qui se vantent de les écraser quant ils traversent les routes. (Fig 4)

STOP! Cet animal est utile. (Fig 5)

 

Couleuvre verte et jaune (Hierophis viridiflavus)

Classe: Reptilus

Sous-classe: Lepidosauria

Ordre: Squamata

Sous-ordre: Serpentes

Infra-ordre: Alethinophidia

Famille: Colubridae

Sous-famille: Colubrinae

Genre: Hierophis

Espèce: Hierophis viridoflavus  (Lacépède 1789)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

The maximum upload file size: 8 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, other. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here